dimanche 30 septembre 2007

Hatshepsout, le mystère de la femme pharaon



Coincée chez moi par une rhino-pharyngite qui ne veut pas partir, je viens de regarder Hatshepsout, le mystère de la femme pharaon rediffusé la nuit dernière sur France 5. Le directeur du Conseil supérieur des antiquités égyptiennes, Zahi Hawas, prétend avoir retrouvé et identifié la momie d'Hatshepsout à partir d'une dent (dont l'infection aurait d'ailleurs causé la mort du pharaon.) Le documentaire est absolument impressionnant, mais j'en sors en me demandant s'il ne s'agit pas d'un tour de passe-passe.


J'ai visité le temple d'Hatshepsout à Deir el-Bahari en 2001, lors de mon voyage en Egypte, et j'avais été assez déçue par le résultat du travail de l'équipe polonaise qui y travaille. L'entrée ressemble à une autoroute bétonnée, c'est très vilain.

Le reportage tente aussi de voir pourquoi les cartouches d'Hatshepsout ont été martelés. Une piste est celle des relations morganatiques d'Hatshepsout et Senmout. J'ai été étonnée que, dans leur recherche sur les relations entre eux, personne n'ait songé à montrer le petit graffiti où l'on voit l'architecte prendre le pharaon en levrette, témoignage des ouvriers sur les relations entre leur employeur et leur roi. La théorie du documentaire est que la reine élevait sa fille Néférourê pour lui succéder alors que Thoutmosis III a pris le pouvoir à la mort d'Hatshepsout.

samedi 29 septembre 2007

Barbizon


Je prépare sérieusement une virée sur Barbizon. Pour cela, j'ai emprunté Barbizon, le village des peintres de Roger Karampournis. Les plus célèbres artistes de l'école de Barbizon étaient Théodore Rousseau (voir le tableau ci-dessous) et Jean-François Millet (qui a peint "Les Glaneuses" et "L'Angélus" que je place également ici.)

Mais Roger Karampournis recense également des hommes que je ne connaissais pas: Narcisse Diaz, Antoine Barye, Charles Jacque. Ces cinq peintres forment ce que Karampournis appelle les cinq grands maîtres de l'école de Barbizon. Il ajoute des personnages mooins célèbres: Jules Breton, Louis Cabat, Ferdinand Chaigneau, Eugène Ciceri, Chintreuil, François Daubigny, Alexandre Descamps, Jules Dupré, Louis Français, Defaux, Jean-Baptiste Gassies, Harpignies, Olivier de Penne, Troyon, Félix Ziem ainsi que des étrangers tels que les Roumains Andreescu et Grigorescu, les Américains Babcock et Hunt, les Suisses Karl Bodmer et Alexandre Calame, les Belges César et Xavier de Cock, Coosemans et de Knyff, l'Italien Costa, le Tchèque Chittusi, les Hongroios de Paal et Munkacsy et le Canadien Ugatt Eaton.

J'avais également lu un roman très classique, mais plein de charme, sur Barbizon, Nathalie ou Les enfants de la Terre d'André Billy. Il ne me reste donc plus qu'à faire 5 mn de voiture et aller à Barbizon. Demain s'il fait beau?

Excellent Women de Barbara Pym


Je redécouvre avec plaisir Barbara Pym, l'un des auteurs du XX° siècle les plus oubliés. Morte en 1980, Barbara Pym avait une verve assez unique, mais parlait d'un monde qui disparaît, celui de ces "excellent women", des vieilles filles qui entourent les curés dans la campagne anglaise.

Le récit d'Excellent Women est à la première personne: Mildred Lathbury, bientôt quarante ans, est célibataire. Elle jette sur son village un regard à la fois très critique et très drôle. L'arrivée dans l'appartement sous le sien de Rockingham et Helena Napier va quelque peu bouleverser sa conception assez traditionaliste du monde. Helena est anthropologue et n'a rien d'une épouse modèle telle que Mildred pourrait l'imaginer. De plus, elle est amoureuse d'un collègue, Everard Bone. La séparation du couple semble inévitable.

Mildred va donc se retrouver en position d'arbitre et oublier quelque peu son intérêt indéniable pour le curé de la paroisse, Julian Malory.

Les romans de Barbara Pym ne changeront pas le monde, ils ne sont pas postmodernes, mais ils ont un charme vieillot et un humour tout britannique indéniables.

Vers la semaine des quatre jeudis?

Le gouvernement annonce la généralisation de la semaine des quatre jours dès la rentrée 2008. Dans un pays où il faut "travailler plus pour gagner plus", on comprend qu'il s'agit surtout de diminuer le nombre de fonctionnaire aux dépens des enfants qui n'enrichissent pas le pays, eux. Or:

1) Beaucoup trop d'enfants ne savent pas lire en entrant en 6ème.
2) Un rapport mentionné sur France Info il y a plusieurs mois certifiait que la semaine des quatre jours perturbait le rythme biologique des enfants. Le retour en classe le lundi serait plus difficile.

Donc quel est le secret de cette décision?

1) Supprimer des postes d'enseignant, ou plutôt ne pas les renouveler après des départs en retraite, signifie qu'il faut alléger la semaine de classe.
2) De longs week-ends favorisent les départs des parents et donc l'industrie hôtelière (et par conséquent la croissance.)
3) Le gouvernement assure que les heures du samedi matin seront réservées aux élèves en difficulté. Le samedi ne sera donc plus vécu comme une journée un peu festive, mais comme une punition. Et sera supprimée par conséquent très rapidement.

Le gouvernement part du principe que les Français sont des veaux (il n'a pas tort: beaucoup ont voté Sarkozy!) et que les veuax, aimant partir en week-end, soutiendront cette décision. Les veaux ne feront sûrement pas le lien entre cette décision et les échecs scolaires de leur progéniture. Jouons donc les Cassandre et parions donc que le niveau en primaire ne va pas augmenter de si tôt.

Le Nid du serpent de Pedro Juan Gutierrez, traduit par Benard Cohen


J'ai emprunté Le Nid du serpent de Pedro Juan Gutierrez, marqué comme "découverte" à la médiathèque de Melun. Je n'aime en général pas la littérature cubaine. Ce roman ne fut pas vraiment une exception.

Ce texte est le récit à la première personne d'un adolescent cubain dans les années 1960, insistant avec moult détail sur sa vie sexuelle et sur la perversité de certaines de ses partenaires. Bref, pas passionnant. Les seuls passages qui m'ont vraiment intéressée étaient ceux témoignant de la vie à Cuba vue par les yeux du narrateur, la pauvreté, les petits trafics pour s'en sortir, l'armée…

Hallenouya d'après Leonard Cohen

J'ai dû signaler ici mon amour pour la chanson "Halleluhia" de Leonard Cohen. Voici une version culinaire… chantée atrocement mal. :-))


HALLENOUYA
envoyé par chezwat

jeudi 27 septembre 2007

Chanson … on, suite (et pas fin)

Vincent Lagaffe, "Beau le lavabo"



Vincent Lagaffe, "La Zoubida" et, dans la série caftons les copains quand ils font des conneries: directeur de la photographie Jean-Hugues Oppel



Les Nonnes troppo (et le public, oh mon dieu!), "Le roi de la route"



Les Nonnes troppo, "Frites moules"



Lil Maaz, "Mange du kebab"

mercredi 26 septembre 2007

Spéciale dédicace pour Jim Rowlands

Ça fait un bail que je n'ai ni vu ni entendu Jim Rowlands. Juste pour lui dire qu'il nous manque en région parisienne et qu'il devrait venir nous faire un concert, un peu de Yma O Hydd sur des images du Pays de Galles:

mardi 25 septembre 2007

A force de raconter n'importe quoi…

… on se fait chahuter aux Etats-Unis par des manifestants anti-guerre. Voir les images sur la Télé Libre.

Mort de Jacques Martin


La mort de Jacques Martin a inspiré la Télé Libre, mais aussi Charlie Hebdo.

In the Navy

Je pense ce soir à un ami qui adore savoir ce qu'il chante quand il chante en anglais. Voici donc French Navy qui a traduit "In the Navy"

French Navy - Dans la marine

Année : 1981
Auteurs compositeurs : Raymond Jeannot - Franck Harvel - Jean-Marc Natel
Label : Philips
Durée : 4 m 9 s


Paroles :
Respirez, soufflez 4x
— Pardon Monsieur, je cherche le responsable pour la sortie en mer s'il vous plaît
— Pour la sortie c'est là, la mer c'est moi
C'est pour un engagement ?
— Non c'est pour quinze jours, enfin ça dépend de l'ambiance parce que
— Ah présentement tu tombes à pic mon vieux là ah

Toi qui veux voir du pays
Pourquoi ne pas le faire
Aux frais des militaires
Habillez, logé, nourri
Service compris
Pieds dans l'eau
Au bord de la mer
Tu feras le tour du monde
Un beau voyage
Avec des garçons de ton age
Qui comme toi rêvent d'aventures
Et de partir un jour enfin à l'abordage

Refrain :
Dans la marine
Tu deviendras un homme mon fils
Dans la marine
Quand tu auras fait ton service
Dans la marine
À voile ou à vapeur oh hisse
Dans la marine (3x)
On te mettra vite dans le bain
Dans la marine
On a l'amour de son prochain
Dans la marine
Et il n'y a jamais d'orphelins
Dans la marine (3x)

— Eh ben on va te montrer comment ça se passe chez nous mon petit gars ah
Toujours prêt (2x) toujours prêt, paré à virer
Laisse-toi pousser par le vent
Et met ton nom au bas
de la feuille d'engagement
Oh c'est excitant de partir
Et puis la marine
Est un métier d'avenir
Et tant pis pour la fiancée
Qui voulait t'embarquer hé
Dans sa galère
Tu ne perdras pas au change
Si tu rejoins demain
Le camp des volontaires

Refrain
Dans la marine
On sait s'occuper de novices
Dans la marine
On te fera faire de l'exercice
Dans la marine
Et sans doute plus d'un tour d'hélice
Dans la marine (3x)
Oh dans la marine
Tu te feras de bons copains
Dans la marine
Surtout qu'au fond d'un sous-marin
Dans la marine
On peut jouer avec ses copains
Dans la marine
Sans ses copines
Dans la marine

Toujours prêt (2x) toujours prêt, paré à virer
Toujours prêt (2x) toujours prêt, paré à virer
— Ils sont drôlement musclés vos garçons
— Fini de rigoler présentement
On va te mettre dans le bain mon petit vieux
— Vous allez rire je sais pas nager et vous donner des leçons ?
— La brasse mon petit papillon la brasse
— La brasse mon petit papillon comme vous y allez vous
— 1 2 3 (11x)

Refrain

Dans la marine
Tu deviendras un homme mon fils
Dans la marine
Quand tu auras fait ton service
Dans la marine
À voile ou à vapeur oh hisse
Dans la marine (3x)
On te mettra vite dans le bain
Dans la marine
On a l'amour de son prochain
Dans la marine
Et il n'y a jamais d'orphelins
Dans la marine (3x)

Lionel Jospin


Lionel Jospin est allé parader ce matin sur France Culture. Il déclare qu'il aurait soutenu Hollande si ce dernier s'était présenté aux primaires pour les Présidentielles. Je me demande si effectivement Jospin n'est pas un abruti de macho qui préfère une chiffe molle à une femme certes loin d'être au point, mais qui a eu le mérite d'essayer de nouvelles méthodes (même si elle a surtout remué du vent.) Mon objection principale à Ségolène Royale est d'avoir introduit une rhétorique chrétienne et christique dans le langage politique socialiste, ce qui nous a sûrement beaucoup desservi. Elle s'est complètement coupée de sa base traditionnelle. Sa réponse à L'Impasse fut d'ailleurs: "pardonnez leur, ils ne savent pas ce qu'ils font." (sic!) Tout cela est d'un triste…

Big Love


J'ai regardé aujourd'hui l'épisode de Big Love enregistré hier pendant ma répétition de chorale. De plus en plus déjanté. On en est au partage du temps de sexe entre les trois femmes. J'ai fait le quizz sur HBO (toujours des quizz!) et je serais Barb. Ça tombe bien, c'est mon personnage préféré.

Pierre Guédron


Pierre Guédron (c.1565-1621/2):
Cessés mortels de soupirer
Un jour l'amoureuse Silvie
Quel espoir de guarir
Doncques par force
Soupirs meslés d'amour
Je voudrois bien chanter
C'en est fait je ne verray plus
Lors que Leandre amoureux
Quel excès de douleur
Aux plaisirs, aux delices bergeres
En fin le juste Ciel
Ce penser qui sans fin
Quand premier je la veis
Quoy ? faut-il donc qu'Amour
Si jamais mon ame blessée
Donc ceste merveille des cieux


Je suis en train d'écouter des airs de cour de Pierre Guédron empruntés à la médiathèque. C'est l'époque d'Henri IV et il s'agit d'une période que j'aime beaucoup. J'écoute les deux albums dont j'ai mis ici les illustrations: Soupir meslés d'Amour et Le Consert des consorts.

Quel podcast etes-vous?

Je suis un peu surprise par le résultat de ce test, mais sûrement est-ce parce que Blue Pyramid ne connait pas Rendez-vous avc X, mon émission préférée sur France Inter dont j'écoute actuellement le dernier volet, diffusé samedi à 13h30, sur Carlos. N'hésitez pas à vous abonner à ce podcast, c'est 1/2 heure par semaine et absolument fascinant. Sinon, je raffole de La prochaine fois je vous le chanterai.




You're MuggleCast!

While real life is fine for you, you are a fantastic escapist
at heart. You won't be escaping people any time soon, but you believe in a
world of magic, mayhem, mystery, and mind-games. Your obsessive focus on your
favorite book is a bit frightening to some, but you seem to be convincing the
world to join your quest. At this rate, you're bound to keep on
rolling.



Take the Podcast Quiz
at The Mep Report Podcast.

lundi 24 septembre 2007

Philip Glass, La Belle et la Bete


Je suis en train d'écouter La Belle et la Bête de Philip Glass. C'est moins tordu que certains de ses opus non vocaux, mais c'est toutefois encore assez avant-guardiste. Mais j'aime bien.

La Possonnière


Samedi, je suis allée avec mon frère et son fils aîné visiter le manoir de la Possonnière à Couture-sur-Loir, maison natale de Ronsard. On ne peut, hélas, que visiter le rez-de-chaussée (mais il s'y trouve une cheminée superbe), les merveilleuses caves troglodytiques et le jardin (comportant, naturellement, beaucoup de roses.)

Le corps principal du bâtiment a sûrement été construit vers 1480 par le grand-père du poète. Les sculptures Renaissance datent de l'époque du père de Ronsard, Loÿs. Ronsard est né à la Possonnière en septembre 1524 et il y passa les 12 premières années de sa vie.
J'ai mis beaucoup de photos sur FlickR.
Nous avons ensuite vu l'église de Couture où se trouvent les gisants des parents de Ronsard ainsi que la collégiale de Bueil.

dimanche 23 septembre 2007

Quelle université etes-vous?




You're Harvard University!

You're stuck up beyond all possible comparison, but at the
same time, most of the world agrees with your lofty opinion of yourself.
You've worked tirelessly to establish your reputation, and now that seems
to be most all you care about. With that reputation, you've been able to
draw talent to you like a magnet, and that's helped propel you even further
in life in an upward spiral. While much of you is actually beautiful, you
can be really ugly when you're talking about science.



Take the University Quiz
at the Blue Pyramid.

Quel train etes-vous?




You're the TGV!

You used to run in a pretty fast crowd, but now you're all but
out of control. With a sleek and streamlined attitude, you go where you please
and manage to really get around. Though you're always in a rush, you're not
willing to rush into everything, as evidenced by your opposition to the Iraq
War. If you were a mountain range, it would be the Alps.



Take the Trains and Railroads Quiz
at RMI Miniature Railroads.

Quel livre etes-vous?




You're David Copperfield!

by Charles Dickens

Coming up from a childhood that felt abusive, you have risen through
hard work to gain a place of stature in your life. You've spent altogether too much time
in factories and end up misspelling a fair number of words. But in general you are seen
as a beacon of hope for others who might not be as fortunate. Lots of people keep
mistaking you for a magician and are waiting for you to disappear.



Take the Book Quiz
at the Blue Pyramid.

Quel état américain etes-vous?




You're Nevada!

People are constantly mispronouncing your name, and this has provided you
with a lot of frustration over the years. You prefer silver to gold, sagebrush to trees,
and cards to sporting events. There is almost nothing you aren't willing to lay down a
wager on, and others seek you out for advice on their own wagers. You don't take marriage
terribly seriously, though you are one of its biggest proponents. Far too often these
days, others are mistaking you for an industrial-strength garbage bag.



Take the State Quiz
at the Blue Pyramid.

Quel animal etes-vous?




You're a Human!

With extreme power comes extreme destructiveness, and you've had
plenty of both to share with your peers. While you're capable of a great deal of
beauty and joy, your skill in creating misery seems almost boundless at times.
You've made a big fuss about how you're smarter than everyone else, but all they
can see is how you've used those smarts for ill. At this point, your best hope
is to turn to those around you and start caring about them. It would also be
advisable to get rid of some of your stuff, and preferably not by throwing it
away.



Take the Animal Quiz
at the Blue Pyramid.

Quel pays etes-vous?

Merci à Guillaume de m'avoir fait découvrir ce test.



You're Lebanon!

Your room's a mess.  Your house is a mess.  Heck, your life
is a mess.  It all used to be really beautiful, and someone even compared you to
Paris once, but that's all been replaced with heartache and struggle.  You're
small, have been influenced by outsiders for too long, and don't know what to think about
religion.  At least you smell rather pleasant!



Take the Country Quiz
at the Blue Pyramid

jeudi 20 septembre 2007

Générique de Tom Sawyer



Voir la parodie "D'George Bush" de Chanson Plus Bifluorée

mercredi 19 septembre 2007

Taser et la démocratie



Vous souvenez-vous de l'expérience de Milgram à Yale dans les années 1960? Des gens ordinaires punissaient (ou du moins le croyaient-ils) des sujets qui donnaient de mauvaises réponses en leur envoyant une décharge électrique croissante.

Et bien, l'article ci-dessous de Libération m'a fait penser à Milgram. Les spectacteurs impassibles dans le meilleur des cas, amusés dans le pire, sont peut-être les futurs bourreaux de Guantanamo, de l'Irak ou d'autres fronts. Je suis toujours absolument bouleversée par la barbarie humaine et, dois-je le confesser, j'ai pleuré en découvrant ces images.

Électrifié pour avoir dépassé son temps de parole
Par Arnaud Vaulerin
LIBERATION.FR : mardi 18 septembre 2007


Des questions, des cris, des coups et une décharge électrique. Les image chocs d’une arrestation très musclée sur un campus américain interrogent et mobilisent les internautes et les médias depuis lundi aux Etats-Unis

Andrew Meyer, 21 ans, est étudiant à l’université de Floride, rapporte le quotidien
Miami Herald. Lundi, après un discours de John Kerry, l’ex-concurrent de Bush à la présidentielle de 2004, l’étudiant a adressé une série de questions au sénateur démocrate sur la contestation du résultat des élections de 2004, sur l’impeachment de Bush, sur son appartenance à une société secrète. Et Andrew Meyer suggère même la lecture d’un livre à Kerry.

Mais très vite, des policiers -vraisemblablement présents pour assurer la sécurité du sénateur- interviennent pour l’éloigner du micro. Puis Meyer est vigoureusement saisi pour être expulser de la salle. Il se défend, se dérobe un peu avant d’être repris. Il crie plusieurs fois à l’aide et demande ce qu’il a fait pour mériter ce traitement.

Andrew Meyer est ensuite isolé, jeté au sol et reçoit une décharge électrique d’un pistolet Taser affirment plusieurs sites Internet dont on trouvera une sélection sur la page perso de Meyer. On entend alors les cris de douleur de l’étudiant.


«Il avait outrepassé le temps de parole qui lui était alloué, a commenté Steve Orlando, le porte-parole de l’Université de Floride. Le micro a été coupé et il s’est alors énervé.»

Ce n’est pas exactement ce que montre les images. Plus inquiétant, la vidéo montre qu’Andrew Meyer n’a pas reçu de soutien de la part des autres étudiants à part quelques cris. Le sénateur John Kerry n’est pas intervenu, il s’est proposé de répondre aux
«questions importantes» de l’étudiant. Mais en pleine arrestation, ses réponses n’avaient guère d’intérêt.

Andrew Meyer a été arrêté. Il sera présenté aux juges ce mardi. Il doit répondre de résistance à officier avec violence et de perturbation d’une réunion scolaire.
Une marche en soutien à l’étudiant se tient mardi sur le campus de l’université de Floride.

Le Chat du rabbin de Joann Sfar



Cet été, j'ai découvert Le Chat du rabbin de Joann Sfar. J'ai lu le tome 1 pendant mes vacances à Caen. Petit coup de foudre, surtout pour qui s'intéresse aux débats théologiques juifs. Le chat du rabbin est un personnage tellement attachant, et tellement frondeur.


Le chat du rabbin est adorable: c'est bien simple, il ne lui manque que la parole. Il fait la joie de sa maîtresse, la fille du rabbin. Jusqu'au jour où il croque le perroquet et se met alors à parler. Cependant, il ment, prétend être innocent de la mort du volatile. Le rabbin lui interdit alors tout contact avec sa fille. Le chat, triste de ne plus voir sa maîtresse, décide de faire sa bar-mitsva. Le rabbin fait alors appel au rabbin du rabbin que le chat fait devenir à moitié fou. Cette bande dessinée est un pur chef d'oeuvre.

Chaleur du sang d'Irène Némirovsky


Je viens d'achever la lecture de Chaleur du sang d'Irène Némirovsky. Dans un village des années 1930, Silvio se souvient des amours passées de François et Hélène Erard. Un couple apparemment parfait, très amoureux depuis le jour de leur rencontre qui fut un véritable coup de foudre.

Leur fille Colette épouse Jean Dorin et rêve de la même harmonie matrimoniale, mais celui-ci se noie accidentellement en rentrant chez lui. Mais était-ce bien un accident? Ce roman qui commence comme un récit paysan assez traditionnel finit par soulever les secrets des divers protagonistes, secrets que l'on croyait bien enfouis, mais que Silvio connait sur le bout des doigts.

J'ai bien aimé ce roman qui monte en puissance petit à petit vers une fin très surprenante. Toutefois, je pense que si Irène Némirovsky n'avait pas connu un destn tragique, son oeuvre serait sûrement oubliée à présent, comme celle de bien des auteurs réalistes des années 1930.

La méthode Sarkozy


On parle sans cesse de "la méthode Sarkozy". Existe-t-elle vraiment? Notre président s'agite, court, tempête et exige. Les économistes prévoient 2% de croissance, il en veut 3% et, assure-t-il, il les aura. Ses discours incantatoires, ses exigences délirantes sans concerter qui que ce soit (par exemple dans le cas des modifications aux régimes des retraites, il donne fort peu de temps aux négociations pour aboutir), bref, il agit en nouveau prophète, en chef de secte, suivi par des politiques qui relayent ses leïtmotivs devant les médias. Bref, nous avons ici un homme qui se veut le nouveau messie et ses petits évangélistes bien obéissants.

mardi 18 septembre 2007

ADN et immigration


La dernière invention de notre très cher gouvernement est de proposer un test ADN afin de contrôler le regroupement familial. Outre l'aspect absolument dégradant de ce test, les possibilités que tout cela dégénère en fichiers, en contrôles inutiles et humiliants, que dire des liens autres que ceux du sang?

N'a-t-on pas le droit d'aimer comme le sien un enfant dont vous n'êtes ni le père ni la mère? Et que penser des tragédies possibles engendrées par ces tests quand un père de famille, ayant accepté le test, va découvrir que l'un de ses enfnts n'est pas le sien? Nous sommes dans le grand n'importe quoi, les effets de manche, etc. Le gouvernement préfère jouer au Grand Guignol devant les Français plutôt que de réfléchir 5 mn aux conséquences de ses actes. Si Sarko se calmait un peu et s'arrêtait pour penser, on entendrait peut-être un peu moins de propositions idiotes quand on se réveille, comme moi, le matin aux doux accents de France Info.

La politique actuelle de Sarkozy, c'est l'intrusion du vaudeville et de l'humiliation dans la vie politique.

lundi 17 septembre 2007

Quand l'Hopital se fout de la Charité…

Depuis ce matin, la presse, la télévision et les radios font leurs choux gras des "meilleures" pages du dernier opus de Lionel Jospin dans lesquelles il éreinte Ségolène Royal. Libération titre même "Jospin flingue Royal".
Bon, si Ségolène était si nulle:
1) Pourquoi était-elle dans le gouvernement Jospin?
2) Pourquoi est-elle, ELLE, allée jusqu'au deuxième tour?

Je vous livre les pensées de l'ermite de l'Ile de Ré (qu'il y retourne et qu'il se taise!)
Ségolène Royal serait «une figure seconde de la vie publique», n'est «pas taillée pour le rôle». «Avoir commis une erreur [en la désignant] ne justifie pas qu'on la réitère», donc, Lionel Jospin, en ayant commis tout un tas, devrait retirer son livre de la vente, faire voeu de silence et partir chez les chartreux.

Certes, il n'y a pas de quoi être fier de la campagne de 2007. Mais par rapport à 2002, il y a du progrès.

Je vous livre le papier de Libération

Jospin flingue Royal


Dans un livre que «Libération» s’est procuré avant sa parution, l’ex-Premier ministre charge la candidate socialiste défaite à la présidentielle.
Par PAUL QUINIO
QUOTIDIEN : lundi 17 septembre 2007



«N’allons pas plus loin S’il fallait choisir une phrase pour résumer le livre l’Impasse, que Lionel Jospin s’apprête à publier le 24 septembre chez Flammarion (1) et que Libération s’est procuré (lire ci-dessous), ce serait celle-là. Elle surgit après 88 pages d’une charge ininterrompue, sonne comme une ultime piqûre venimeuse de rappel contre «une personnalité [qui] n’a pas les qualités humaines ni les capacités politiques» nécessaires pour remettre le Parti socialiste en ordre de marche et «espérer gagner la prochaine présidentielle». C’est évidemment de Ségolène Royal dont parle l’ex-Premier ministre, dont l’obsession manifeste au fil des lignes est de démonter ce qu’il considère être «un mythe», de dénoncer une candidature-créature des sondages et des médias, une erreur de casting, «une candidate qui était la moins capable de gagner», et, surtout, «une illusion» qui ne doit pas se prolonger.


Le PS aligne Jospin
«Le livre de Lionel Jospin vise à éliminer Ségolène Royal»
Car l’objectif de l’Impasse est bien d’essayer de convaincre le PS et ses militants de ne pas récidiver en confiant à l’ex-candidate à la présidentielle les clés de la rue de Solferino lors du prochain congrès du PS, encore moins de lui fournir un deuxième visa de candidate à l’Elysée. Car, selon Jospin, malgré son aplomb et son courage, Royal, «une figure seconde de la vie publique», n’est «pas taillée pour le rôle». «Avoir commis une erreur [en la désignant] ne justifie pas qu’on la réitère», avertit l’ex-candidat, pour qui les raisons profondes de l’échec - c’est le titre d’un chapitre - tiennent à la personnalité de son ancienne ministre, à son style de campagne, à ses choix politiques.

Cible.
Lionel Jospin n’est pas le premier socialiste à attaquer en librairie Ségolène Royal. La rentrée politique chez les socialistes a même été une sorte de compétition pour figurer en tête de gondole des meilleurs pamphlets antiroyalistes. Mais Jospin n’est ni une caricature à la Claude Allègre ( la Défaite en chantant, chez Plon), ni un graphomane post défaite à la Marie-Noëlle Lienemann ( Au revoir Royal, chez Perrin), pour ne citer que deux ouvrages déjà parus et prenant pour cible l’ex-candidate.

Lionel Jospin a été un premier secrétaire important du PS, un Premier ministre performant pendant cinq ans et deux fois candidat à l’Elysée. Flirtant avec un succès surprise en 1995. Sombrant sept ans plus tard, un certain 21 avril. Autant dire qu’il reste une fi gure historique du socialisme à la française, avec ses succès, son échec, dont l’avis continue de peser très lourd. «J’ai quelques titres [à m’exprimer] sans détour», écrit-il dans son introduction, en rappelant au passage son CV de seul leader socialiste avec François Mitterrand à avoir conduit la gauche à la victoire depuis cinquante ans. Assurant, toujours en introduction, écrire «en homme libre», pas animé par l’ambition, mais juste inquiet pour l’avenir de son parti, Jospin, comme souvent, se drape derrière «le devoir» pour justifier sa décision «de dire franchement» tout le mal qu’il pense de Royal. L’ancien Premier ministre assume d’autant plus la violence de sa charge qu’il estime avoir voulu, en n’écartant que tardivement l’idée de sa propre candidature, tirer la sonnette d’alarme et manifester sa «crainte». En vain.

Critique
Mais au fait, que lui reproche-t-il au juste ? Passons d’abord sur les précautions d’écriture dont use Jospin pour se défendre de toute misogynie. Il aurait pu s’en passer. D’autant qu’elles fournissent l’occasion de s’interroger sur l’utilisation, façon lapsus, d’un savoureux imparfait : Ségolène Royal, à ses yeux, n’était pas en mesure de l’emporter, «non pas parce qu’elle était une femme, mais parce que j’avais pu me faire une idée assez exacte de ses qualités, notoires, et de ses insuffisances, réelles». Femme, Ségolène l’est toujours, Lionel. Et toujours vivante…
Retenons plutôt la critique sur la mise à distance par Ségolène Royal du PS. C’est, pour Jospin, «une lourde erreur, pour un leader, que de laisser décrier sa propre formation politique», tant les partis, avec leurs défauts, sont indispensables à la vie démocratique. Jospin argumente son propos en dénonçant le statut de victime des éléphants sur lequel a surfé la candidate. Il en veut à Royal d’avoir alimenté un discours antiélus et antiélites, «leitmotiv [qui] appartient d’habitude à l’extrême droite ou aux mouvements populistes». Il brocarde les jurys citoyens chers à Ségolène Royal, fait la différence entre sa version «démagogique» de la démocratie participative et la pratique des conseils de quartiers de son ami Bertrand Delanoë (lire ci-contre) à Paris. Il reproche à l’ex-candidate ses inspirations sur la carte scolaire ou la sécurité, peu en phaseavec les valeurs classiques de la gauche, et qui relevaient plus à ses yeux de «l’art de communiquer que de celui de gouverner».
Une fois désignée, Ségolène Royal aurait commis l’erreur, «enfermée dans un face-à-face narcissique avec l’opinion», de refuser la confrontation «sur le fond» avec son adversaire principal, Nicolas Sarkozy. Sur l’identité nationale, ses captations d’héritage (Blum, Jaurès…) ou son discours sur la valeur travail. L’aurait-elle voulu qu’elle n’aurait pas pu, tant, pour Lionel Jospin, l’ex-présidente de la région Poitou-Charentes a démontré depuis son entrée dans la vie politique peu d’appétit et de «talent» pour le débat d’idées et la controverse .
L’auteur ressert là encore la comparaison, défavorable, avec François Mitterrand. L’une se serait abîmée dans la médiatisation. L’autre «aimait d’abord, vivement, la politique et ses enjeux». Et, à la veille de l’échéance, estime Jospin, bien malin qui aurait pu connaître le point de vue de la candidate socialiste sur les grands problèmes du pays, moins encore sur ceux du monde. Parmi les exemples surlignés des «improvisations» royalistes : le voyage en Chine et «les propos de touriste» de la candidate sur la justice chinoise.
Au final, c’est à l’absence de crédibilité de la candidate sur le fond que s’en prend l’auteur, à sa volonté d’aller sur le terrain idéologique de l’adversaire, à sa manière de mettre en scène, seule au monde, sa soi-disant relation particulière avec les Français.
Mais l’Impasse ne serait pas un livre 100 % jospino-jospiniste sans un dernier reproche : Royal ne s’est pour l’auteur pas suffisamment appuyée sur les succès des années… Jospin. Pour lui, il aurait été pertinent de vanter les mérites de la période 1997-2002 et «de la prendre comme un socle, pour aller plus loin», pour soutenir la comparaison avec les gou vernements Raffarin et Villepin, dont Sarkozy était un ministre emblématique. «Ségolène Royal n’a pas fait ce choix. Par hostilité à mon égard ? Je ne saurais le démêler», s’interroge Jospin. Royal, elle, pourra démêler l’hostilité de l’auteur sans difficulté.
(1) L’Impasse de Lionel Jospin, Flammarion (coll. Café Voltaire), 142 pages, 12 euros.

dimanche 16 septembre 2007

Le Manneken-Pis lutte contre le cancer de la prostate


Eric Vidal AFP ¦ Le Manneken-Pis de Bruxelles 14 septembre 2007

Vendredi 14 septembre, le Manneken-Pis était flaqué d'une pancarte alertant les passants sur les risques du cancer de la prostate. Donc,
"Il avait un tout petit zizi,
mais un grand coeur
Le p'tit pisseur…"
(Je trouve qu'étant données les circonstances, la parodie d'une chanson d'un mec dont le prénom est "Dick" est tout à fait appropriée.)

AFP (je transmets)

L’AFP n’est pas l’agence TASS !

L’AFP a subi jeudi soir une pression intolérable de la part du cabinet du ministre de l’Education nationale à laquelle la rédaction en chef au plus haut niveau a finalement cédé.

L’ensemble de la rédaction de l’AFP est indignée de cette conduite d’un autre temps et d’autres lieux.

Notre dignité de journalistes et la crédibilité de l’Agence en France et à l’étranger sont incompatibles avec une telle attitude qui laisse penser que nous deviendrions une vulgaire agence de com’ du gouvernement.

Jeudi au cours de l’émission de Bourdin sur RMC, répondant à une question, le ministre de l’Education Xavier Darcos évoque pour la première fois de manière précise des pistes d’une réforme du baccalauréat. Il reprenait ainsi une déclaration de la semaine précédente où il parlait d’une "réforme" du lycée.

Cette information, repiquée sous forme de factuel a ensuite fait l’objet d’un papier général d’éclairage, relu et validé à 19H00.

A publication, le directeur de cabinet du ministre a appelé Jean-François Vignolle, directeur-général de l’AFP qui n’est pas concerné par les questions rédactionnelles, pour lui demander de modifier le titre de la dépêche. Message transmis à la rédaction en chef France qui, après lecture de la dépêche incriminée, estime cette requête infondée, contacte l’auteure de la dépêche, puis compte tenu de l’insistance du ministère, renvoie plus haut dans la hiérarchie.

On attendrait de cette dernière qu’elle propose au ministère d’envoyer un démenti ou une mise au point.

Mais non et peu avant 22H00, le papier réapparaît, de l’origine de la rédaction en chef, avec la mention CORRECTION et pour seule explication "revoici avec titre corrigé", sans initiales de validation de la RDC. La version modifiée sans explication ni raison est diffusée, l’auteure, prévenue, ayant jeté l’éponge.

C’est inadmissible et pour tout dire honteux ! Pour l’Agence, ses journalistes et sa hiérarchie.

Nous attendons de cette dernière qu’elle assume avec courage ses responsabilités et défende avec plus de conviction le travail de ses journalistes pour que de tels errements ne se reproduisent pas.


SNJ, SNJ-CGT, FO, CFDT, Sud

Source/auteur : http://www.acrimed.org/

samedi 15 septembre 2007

"La chauve-souris" de Bigard

Spéciale dédicace pour Aude L qui venait de me dire que j'avais à peu près autant de chances d'être cambriolée à Nogent que d'être mordue par une chauve-souris enragée lorsque j'ai surpris, puis arrêté un cambrioleur chez moi. :-))

Spéciale dédicace pour ma mère

Un jour que je marchais rue de la Gaité avec ma belle-soeur, mon frère et ma mère, j'ai entendu cette dernière s'exclamer: "Oh! Collier de nouilles!". Surprise générale. En effet, pour ceux qui ne connaissent pas non plus, Collier de Nouilles était un duo formé par Karine Lyachenko et Emmanuel Donzella dont voici quatre extraits de spectacles au Théâtre Trévise (1999)
Mais pour tout avouer, ma mère connaissait ce duo car elle regardait fidèlement La Classe.





Collier de Nouilles - Je donne, tu donnes - kewego
Collier de Nouilles - Je donne, tu donnes - kewego

Collier de Nouilles - Je donne, tu donnes - kewego
Le duo "Collier de Nouilles": Karine Lyachenko et Emmanuel Donzella au Théâtre Trévise (1999)
Video de kkbb






Collier de Nouilles - Au bal des pompiers - kewego
Collier de Nouilles - Au bal des pompiers - kewego

Collier de Nouilles - Au bal des pompiers - kewego
Le duo "Collier de Nouilles": Karine Lyachenko et Emmanuel Donzella au Théâtre Trévise (1999)
Video de kkbb







Collier de Nouilles - Chez Youssef - kewego
Collier de Nouilles - Chez Youssef - kewego

Collier de Nouilles - Chez Youssef - kewego
Le duo "Collier de Nouilles": Karine Lyachenko et Emmanuel Donzella au Théâtre Trévise (1999)
Video de kkbb







Collier de Nouilles - Le taureau est mort - kewego
Collier de Nouilles - Le taureau est mort - kewego

Collier de Nouilles - Le taureau est mort - kewego
Le duo "Collier de Nouilles": Karine Lyachenko et Emmanuel Donzella au Théâtre Trévise (1999)
Video de kkbb

Des photos de moi et mon environnement


Chansons qui filent la peche (merci DK)

Je commence ici la section des "Chansons qui filent la pêche" avec une chanson signalée par Dominique K

Victor Jara

ZAMBA DEL CHE - Vi...

Il y a aujourd'hui trente-quatre ans, au Chili, Victor Jara (chanson d'Arlo Guthrie) était torturé, puis assassiné par les partisans de Pinochet. Pour lui apprendre que "the guitar is mightier than the sword", ils lui coupèrent les doigts des deux mains, lui demandèrent de chanter, puis l'exécutèrent.
Alors aujourd'hui, alors sur un site de téléchargement (légal svp!) et écoutez la chanson suivante:


Lettre à Kissinger de Julos Beaucarne

j'veux te raconter Kissinger
l'histoire d'un de mes amis
son nom ne te dira rien
il était chanteur au Chili

ça se passait dans un grand stade
on avait amené une table
mon ami qui s'appelait Jara
fut amené tout près de là

on lui fit mettre la main gauche
sur la table et un officier
d'un seul coup avec une hache
les doigts de la gauche a tranché

d'un autre coup il sectionna
les doigts de la dextre et Jara
tomba tout song sang giclait
6000 prisonniers criaient

l'officier déposa la hache
il s'appelait p't'être Kissinger
il piétina Victor Jara
chante dit-il tu es moins fier

levant les mains vides des doigts
qui pinçaient hier la guitare
Jara se releva doucement
faisons plaisir au commandant

il entonna l'hymne de l'U
de l'unité populaire
repris par les 6000 voix
des prisonniers de cet enfer

une rafale de mitraillette
abattit alors mon ami
celui qui a pointé son arme
s'appelait peut-être Kissinger

Cette histoire que j'ai racontée
Kissinger ne se passait pas
en 42 mais hier
en septembre septante trois

Julos Beaucarne



Philippe Costa m'a battue de vitesse et mis un très bel article sur son blog.



L'Autobus à impériale

Denis me signale qu'il me manque un générique d'émissions pour enfants un peu bête (mais pas trop quand même):



Merci.

vendredi 14 septembre 2007

Big Love


Après Desperate Housewives passait hier sur Canal + le premier épisode de Big Love, une série sur un mormon, ses trois femmes et ses sept enfants. Le générique de fin est clair: malgré l'interdiction de la polygamie par l'Eglise mormon en 1890 (sur l'injonction de l'Etat américain), 20.000 à 40.000 fondamentalistes pratiquent le mariage à plusieurs.

Le rôle principal est tenu par Bill Paxton qui est Bill Henrickson. Ses trois femmes (Chloé Sévigny, la blonde Nicki, et les deux brunes, Jeanne Tripplehorn -Barb -et Ginnifer Goodwin- Margene -) possèdent chacune une maison autour d'une petite cour. Elles sont essentiellement trois êtres solitaires qui répètent à l'envi qu'elles forment "une famille". Elles divisent, en une même conversation, les tâches ménagères et leurs nuits avec leur mari. Bill, de son côté, ignore les soucis de ses épouses. Il refuse de voir les doutes de Barb, les angoisses de Nicki qui accumule les dettes pour compenser son mal-être et les doutes de la très jeune Margene sur sa capacité d'être à la fois femme et mère.

Le personnage le plus terrifiant est le père de Nicki, patriarche et truand local, flanqué de quinze épouses dont une adolescente, trente-et-un enfants et 187 petits-enfants.

jeudi 13 septembre 2007

Perry Mason



Petite soirée avec un vieux Perry Mason en anglais et en noir et blanc. Ah les joies d'Amazon.com!



J'en suis à la saison 2, "The Case of the Corresponding Case". Dans cet épisode, un ancien client de Perry Mason, présumé décédé, est victime d'un maître chanteur qui veut dénoncer la fraude à l'assurance. Sa maîtresse paie l'assureur indiscret, puis découvre que son amant veut se rendre et retourner auprès de sa femme.


Lorsqu'il est découvert mort, la maîtresse est immédiatement soupçonnée. Perry Mason la défend.



Je suis au beau milieu de l'épisode, mais je sais que l'accusée sera innocentée et que le véritable coupable sera arrêté.

mercredi 12 septembre 2007

Chorale

Je viens de prendre contact avec le Choeur du Balory à Vert-Saint-Denis et je vais tester ma première répétition lundi soir. Il me tarde de commencer. j'espère que je m'y plairai.

Les Frères Jacques



Une belle interprétation de "Stanislas" avec Brigitte Bardot

"Les boîtes à musique"
Paroles de Francis Blanche et Marc Cab, musique de Guy Lafarge et Pierre Philipp




Puis un classique pour la route…

Les quatre barbus

Tous chez Casino!

Je viens de lire sur le blog FNE Grenelle de l'environnement que les produits Casino porteraient désormais des étiquettes signalant leur impact sur l'environnement.

Une bonne raison pour faire des courses chez Casino. Mais où est le plus proche?

Transmettons des nouvelles d'Après La Lune

Table ronde "Chômeurs, qu’attendez-vous pour disparaître ?"/procès Opus Dei


La Société littéraire de la Poste et France Télécom
et l’association Paroles et Plumes
ont le plaisir de vous inviter à une rencontre autour de l’ouvrage collectif
Chômeurs, qu’attendez-vous pour disparaître ?
paru en mars aux éditions Après la Lune
Vendredi 14 septembre
Studio Raspail - 216 boulevard Raspail 75014 Paris


* 19 h. Mise en scène de thèmes sélectionnés par la Compagnie NAJE
(Nous n’Abandonnerons Jamais l’Espoir), dirigée par Fabienne Brugel.
* 21 h. Entracte, signature et vente de l’ouvrage.
* 21h 30. Table ronde sur le thème "Utopie et précarité", avec la participation
de
Bruno Fuligni, historien, directeur de la Mission éditoriale de l’Assemblée
nationale
Luc Barbulesco, chercheur en sciences sociales
Noël Daucé, secrétaire national du SNU/ANPE
Jean-Jacques Reboux, coordinateur/éditeur du recueil, ancien postier.

Cette soirée, organisée par Marie-Josée Beaumont, militante du SNU ayant
activement participé à l’élaboration de ce recueil collectif, aura lieu en
présence de Catherine Fradier, auteure de Camino 999 (roman qui nous vaut une
plainte en diffamation de l’Opus Dei), qui dédicacera son roman.
Nous serons également présents sur le Village du livre de la Fête de l’Humanité,
les 15-16 septembre.

Actualités judiciaires (1)
AFFAIRE "CAMINO 999" (Opus Dei vs Après la Lune)
Le 12 septembre a lieu au Palais de Justice de Paris l’audience préliminaire
entre notre avocat, Me Emmanuel Pierrat, et l’avocat de la partie adverse, Me
Alexandre Varaut, à l’issue de laquelle sera fixée la date des plaidoiries, qui
devraient se tenir d’ici six semaines.
Notre avocat a soulevé la nullité de l’assignation, eu égard au fait que les
passages prétenduement diffamatoires ne sont pas clairement indiqués, ce que
conteste l’avocat de l’Opus Dei, qui conclut : "Il est manifeste que Mme Fradier
et M. Reboux savent bien (…) ce qui leur est reproché par l’Opus Dei." (!) et
nous reproche notamment d’avoir reproduit dans son intégralité l’assignation sur
le site des éditions Après la Lune et… de nous défendre dans la presse (!).

Actualités judiciaires (et policières) (2)
Le 25 septembre, l’IGS (Inspection générale des services) examinera ma plainte
déposée à la suite des violences policières subies en juillet 2006 (lesquelles
ont suscité une "Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy, ministre des Libertés
policières", curiosité de librairie dont les derniers exemplaires seront
symboliquement pilonnés ce même jour – on gardera quelques collectors pour la
postérité!). En revanche, pas de nouvelles de mon procès pour outrage.

Actualités sportives (un peu de mauvais esprit pour reprendre pied dans une
rentrée déboussolée triste à pleurer)
Coupe du monde de rubgy : l’Argentine bat l’équipe de France. Vous, je ne sais
pas, mais moi, cette débandade nationale (qu’il me plaît d’imaginer accompagnée
d’une débandaison présidentielle dans la tribune du même nom, accompagnée d’une
transe dépressive avec torticolis et sarkotics) m’a offert un petite bouffée de
soleil… Je croise donc les doigts pour que la Namibie écrase la France afin (on
peut toujours rêver, c’est gratuit) que l’insupportable futur ministre-courtisan
du Pain, des Jeux et du Bleu-obligatoire-les-jours-de-match, Bernard Laporte, la
prenne définitivement (la porte, ah, ah!!!). Je n’ai rien contre le rugby, mais
l’idée d’imaginer, en cas de victoire de la France dans cette compète, le Te
Deum des bleus défilant sur les Champs-Elysées devant cent mille crétins en
larmes, avant de s’empiffrer de petits fours sans alcool chez le petit Pétain
irréductible de l’Elysée, me donne la chair de poule…

Actualités éditoriales
N°13 de la collection Lunes Blafardes, "Sansalina", de Nicolas Jaillet, sera en
librairie le 28 septembre. A noter que, suite à une dérogation préfectorale –
les relations dans la Police, ça sert! –, ce titre (magnifique western
métaphysique se passant au Mexique en 1928) n’a pas été comptabilisé parmi les
712 romans de la rentrée littéraire.

Actualités migratoires
Les éditions Après la Lune ont quitté le quartier Anvers/Barbès pour la rive
gauche et crèchent désormais rue Emile-Dubois, dans le 14e, du côté de
Denfert-Rochereau, entre la prison de la Santé (pratique en cas d’arrestation à
la barre), l’hôpital Sainte-Anne (utile en cas de possibles pétages de plombs
éditoriaux) et les catacombes (pour les actions de grâce et autres hakas
gothiques).

Actualités "jeunesse"
C’est la rentrée… Vos enfants sont déprimés ? L’été pourri en a fait
d’insupportables têtes-à-claque branchées sur 220.000 volts ? Vous avez jeté la
télé par la fenêtre par mesure de rétorsion et ne savez plus comment occuper
leurs après-midi ?… Offrez-leur donc l’un des deux livres de la collection de
livres-jeux "Des vacances toute l’année" (ou les 2), "Bons baisers de La
Galette-les-Bains", de Lilas Nord et Carole Chaix, "Le cirque Pitouflard à
Pétaouchnock", de Christine Beigel et Pierre Fouillet.
Et en octobre, pour se consoler de l’arrêt de la collection "La maîtresse en
maillot de bain" (décédée dans sa 2e année, faute de lecteurs), vous pourrez
découvrir le magnifique Z’ALBOUM de Lilas Nord (illustré par Carole Chaix) :
"Mais qui a volé le maillot de la maîtresse en maillot de bain ?" (à partir de 6
ans)
On reviendra sur tout cela dans de prochaines niouzes plus fournies, car suite
au déménagement et au foutage de gueule de mon fournisseur Free qui ne m’a pas
toujours pas installé de ligne au bout de 2 semaines, ces niouzes, ficelées vite
fait sur le gaz, sont expédiées… de la borne wi-fi du parc de Montsouris!!! (ce
n’est pas une blague!)

A bientôt.
Jean-Jacques Reboux
jjr@apreslalune.com
Après la Lune
14 rue Emile-Dubois
75014 Paris

Pollution dans le Rhône

Lu dans 20 minutes, ce matin, un article qui n'est peut-être surprenant que pour les gens qui ne sont pas allés sur les bords du fleuve ces 20 dernières années.


Fertilité
Les PCB ou polychlorobiphényles, interdits à la vente depuis 1987, peuvent être cancérogènes pour l’homme et ont une série d’effets néfastes chez l’animal, notamment sur la fertilité.

L. CERINO / 20MINUTES ¦ Le Rhône pollué par les PCB.

L’organisation écologiste WWF-France n’hésite pas à comparer la pollution du Rhône aux PCB à un «nouveau Tchernobyl» pour alerter les pouvoirs publics. Pernicieux et invisible, ce polluant d’origine industrielle, plus connu sous le nom de pyralène, a été détecté dès 2005 en amont de Lyon.

Aujourd’hui, il est interdit de consommer les poissons du Rhône pêchés depuis l’Ain jusqu’à l’embouchure de la Méditerranée. Selon nos sources, une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Lyon en avril après la multiplication de plaintes contre X pour pollution déposées par les collectivités et les associations de l’agglomération lyonnaise. Depuis, la section de recherches de la gendarmerie est chargée d’instruire ce dossier épineux. «L’intérêt est surtout d’éclaircir le débat», souligne un magistrat.

Si beaucoup reconnaissent que la désignation d’un coupable sera difficile -les origines de la pollution étant multiples- ces procédures auront permis d’interpeller l’Etat, resté longtemps silencieux. Mais WWF, qui s’est saisi du dossier fin août, ne veut pas se contenter d’une cartographie de la pollution promise en août par la secrétaire d’Etat UMP à l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. «On ne mesure pas toutes les conséquences des PCB sur la santé», Cyril Deshayes, responsable du programme Eaux douces au WWF-France.


Pollution du Rhône aux PCB
envoyé par WWF_France

Par endroits, la pollution remonte à plus de vingt ans. Une usine de traitement des PCB, Trédi, basée à Saint-Vulbas (Ain), a par exemple rejeté dans les années 1980 d’importantes quantités de pyralène avec l’autorisation de la préfecture. «Qu’en est-il des familles qui habitent à cet endroit? Et des populations asiatiques, friandes des poissons du Rhône? Il est urgent d’entamer des études épidémiologiques», poursuit-il. Depuis quelques jours, l’association diffuse sur son blog des interviews, «pour soulever les questions trop longtemps étouffées».

Parmi les témoignages, celui de l’unique pêcheur professionnel de Lyon, qui a cessé son activité depuis deux ans. Cédric Giroud semble amer. Il ne comprend pas pourquoi il a fallu autant de temps pour que les autorités commencent à s’emparer du sujet.

A Lyon, Carole Bianchi

20Minutes.fr, éditions du 11/09/2007 - 22h04
dernière mise à jour : 11/09/2007 - 23h00

mardi 11 septembre 2007

Nos enfants chéris



Je suis en train de regarder un OVNI télévisé, une série absolument déjantée, sur les familles recomposées. Il s'agit de Nos enfants chéris sur Canal +, une version longue du film du même nom sorti en 2003 et que j'avais raté.



Constance (Romane Bohringer), enceinte jusqu'aux yeux, et Martin (Mathieu Demy) passent des vacances en Aveyron afin de profiter du dernier mois avant la naissance du bébé. Ils sont accompagnés des deux filles de Constance et de celle de Martin.

Mais peu à peu ils vont être enhavis par les "impedimenta" au sens annesylvestrien du terme: l'ancien mari de Constance, l'ancienne femme de Martin (une Laurence Côte absolument ignoble qui veut récupérer sa fille), Claire, une amie dépressive, Hélène, la baby-sitter, etc. Une vraie déferlante de catastrophes .

Quelque chose me dit que je vais suivre cette série avec attention!

11 septembre et américanocentrisme


Ce qui m'énerve un peu, c'est que 11 septembre rappelle à chaque fois le 11/9/2001, laissant complètement de côté le 11/9/1973. En ce jour, les Etats-Unis ont aidé Pinochet à renverser un gouvernement démocratique, celui de Salvador Allende, provoquant des exécutions dans les stades dès le lendemain. Le 15 septembre 1973, mort de Victor Jara, après avoir été torturé.

Pourquoi les victimes seraient-elles toujours dans le même coin géographique? La deuxième guerre mondiale a commencé pour les Etats-Unis le jour où ils se sont pris les bombes de Pearl Harbor. Avant, Hitler, Mussolini et Hiro Hito, ils s'en foutaient.

Alors, une larme pour les tours jumelles et une crise de pleurs pour les victimes du Chili.

lundi 10 septembre 2007

Le Bestial Serviteur du pasteur Huuskonen d'Arto Paasilinna



Je viens de finir la lecture du Bestial Serviteur du pasteur Huuskonen d'Arto Paasilinna. Toujours aussi déjanté, cet auteur. Le pasteur Huuskonen se voit offrir un ourson orphelin pour ses cinquante ans. Naturellement, sa femme, être grincheux, ne voit pas ce cadeau d'un très bon oeil. Elle quitte immédiatement son mari pour un général et voici le pasteur parti sur les routes avec diverses compagnes et son ours. (Toute ressemblance avec une histoire semblable avec un lièvre de ma connaissance serait purement fortuite.)

Le texte est marqué par les points géographiques de ce périple et par les saisons (car un ours, ça hiberne!)

Le roman commence à la Bambi, avec la mort de la mère ourse, mais même ce passage est drôle.

Je pousse le vice jusqu'à lire Paasilinna en allemand car les romans de cet auteur ne sont pas toujours traduits à la fois en français et en allemand.

Mais je dois reconnaître que les traductions d'Anne Colin du Terrail sont de purs bijoux. Tout à fait à la hauteur de cet auteur qui a un style si particulier.

Achille Mbembe, Courrier International

FRANCAFRIQUE. Sarko, Hegel et les Nègres

Dans un texte très diffusé en Afrique francophone, l'essayiste camerounais Achille Mbembe démonte le discours prononcé le 26 juillet à Dakar par le président français à l'attention de la «jeunesse d'Afrique».

Jeudi 30 août 2007
Achille Mbembe, Courrier International


Pour sa première tournée en Afrique au sud du Sahara, Nicolas Sarkozy a atterri à Dakar précédé d'une très mauvaise réputation - celle d'un homme politique agité et dangereux, cynique et brutal, assoiffé de pouvoir, qui n'écoute point, dit tout et le double de tout, ne lésine pas sur les moyens et n'a, à l'égard de l'Afrique et des Africains, que condescendance et mépris. Mais beaucoup étaient également prêts à l'écouter, intrigués sinon par l'intelligence politicienne, du moins la redoutable efficacité avec laquelle il gère sa victoire depuis son élection. Dire qu'il a déçu est une litote. Une très grande partie de l'Afrique francophone ? à commencer par la jeunesse, à laquelle il s'est adressé ? a trouvé ses propos sinon franchement choquants, du moins parfaitement invraisemblables.
Cela dit, pour qui n'attend rien de la France, les propos tenus à l'université de Dakar sont fort révélateurs. En effet, dans sa "franchise" et sa "sincérité", le discours rédigé par Henri Guaino (conseiller spécial) et prononcé par Nicolas Sarkozy dans la capitale sénégalaise révèle au grand jour ce qui, jusqu'à présent, relevait du non-dit. A savoir qu'aussi bien dans la forme que dans le fond, l'armature intellectuelle qui sous-tend la politique africaine de la France date littéralement de la fin du XIXe siècle. Voici donc une politique qui, pour sa mise en cohérence, dépend d'un héritage intellectuel obsolète, vieux de près d'un siècle, malgré les rafistolages. Le discours du nouveau président français montre comment, enfermées dans une vision frivole et exotique du continent, les nouvelles élites dirigeantes françaises prétendent jeter un éclairage sur des réalités dont, à la vérité, elles ignorent tout.
Ainsi, pour s'adresser à l'"élite de la jeunesse africaine", Guaino se contente de reprendre, presque mot à mot, des passages du chapitre consacré par Hegel à l'Afrique dans son ouvrage La Raison dans l'Histoire. Selon Hegel, l'Afrique est le pays de la substance immobile et du désordre éblouissant, joyeux et tragique de la création. Les Nègres, tels nous les voyons aujourd'hui, tels ils ont toujours été. Dans l'immense énergie de l'arbitraire naturel qui les domine, ni le moment moral, ni les idées de liberté, de justice et de progrès n'ont de place ni de statut particulier. Celui qui veut connaître les manifestations les plus épouvantables de la nature humaine peut les trouver en Afrique. Cette partie du monde n'a, à proprement parler, pas d'histoire. Ce que nous comprenons en somme sous le nom d'Afrique, c'est un monde anhistorique non développé, entièrement prisonnier de l'esprit naturel et dont la place se trouve encore au seuil de l'histoire universelle.
Les nouvelles élites françaises partagent ce préjugé hégélien. Contrairement à la génération des "papas-commandants" (de Gaulle, Pompidou, Giscard d'Estaing, Mitterrand ou Chirac), qui épousait tacitement le même préjugé tout en évitant de heurter de front leurs interlocuteurs, les "nouvelles élites de France" estiment désormais qu'à des sociétés aussi plongées dans la nuit de l'enfance on ne peut s'adresser qu'en s'exprimant sans frein, dans une sorte d'énergie vierge. Et c'est bien ce qu'elles ont à l'idée lorsque, aujourd'hui, elles défendent tout haut l'idée d'une nation "décomplexée" par rapport à son histoire coloniale.
A leurs yeux, on ne peut parler de l'Afrique et aux Africains qu'en suivant, en sens inverse, le chemin du sens et de la raison. Peu importe que cela se fasse dans un cadre où chaque mot prononcé l'est dans un contexte d'ignorance. J'ai en effet beau faire la part des choses, dans le long monologue de Dakar, je ne trouve d'invitation à l'échange et au dialogue que rhétorique. Derrière les mots se profilent surtout des injonctions, des prescriptions, des appels au silence, voire à la censure, des provocations gratuites, l'insulte par-devers l'inutile flatterie et une insupportable suffisance.
A côté de Hegel existe un deuxième fonds que recyclent sans complexe les nouvelles élites françaises. Il s'agit d'une somme de lieux communs formalisés par l'ethnologie coloniale vers la fin du XIXe siècle. C'est au prisme de cette ethnologie que se nourrit une grande partie du discours sur l'Afrique, voire une partie de l'exotisme et de la frivolité qui constituent les figures privilégiées du racisme à la française. Le conseiller spécial du chef d'Etat français reprend à son compte cette logorrhée ainsi que l'essentiel des thèses (qu'il prétend par ailleurs réfuter) des pontifes de l'ontologie africaine. Pour faire de Nicolas Sarkozy le président ethnophilosophe qu'il aspire peut-être à devenir, c'est dans cette bibliothèque coloniale et raciste qu'il va puiser ses motifs clés. Puis il procède comme si l'idée d'une "essence nègre", d'une "âme africaine" ? dont "l'homme africain" serait la manifestation vivante ? comme si cette idée boueuse et somme toute farfelue n'avait pas fait l'objet d'une critique radicale par les meilleurs des philosophes africains, à commencer par Fabien Eboussi Boulaga, dont l'ouvrage La Crise du Muntu est à cet égard un classique.
Dès lors, comment s'étonner que, au bout du compte, sa définition du continent et de ses gens soit une définition purement négative ? En effet, l'"homme africain" de notre président ethnophilosophe est surtout reconnaissable soit par ce qu'il n'a pas, ce qu'il n'est pas ou ce qu'il n'est jamais parvenu à accomplir, soit par son opposition à l'"homme moderne" (sous-entendu l'"homme blanc") ? opposition qui résulterait de son attachement irrationnel au royaume de l'enfance, au monde de la nuit, aux bonheurs simples et à un âge d'or qui n'a jamais existé.
Pour le reste, l'Afrique des nouvelles élites dirigeantes françaises est essentiellement une Afrique rurale, féerique et fantôme, mi-bucolique mi-cauchemardesque, peuplée de paysans, faite d'une communauté de souffrants qui n'ont rien en commun sauf leur commune position à la lisière de l'Histoire, prostrés qu'ils sont dans un hors-monde ? celui des sorciers et des griots, des êtres fabuleux qui gardent les fontaines, chantent dans les rivières et se cachent dans les arbres, des morts du village et des ancêtres dont on entend les voix, des masques et des forêts pleines de symboles, des poncifs que sont la prétendue "solidarité africaine", l'"esprit communautaire", la "chaleur" et le respect des aînés et des chefs.

© Courrier international

dimanche 9 septembre 2007

"Ramaya" d'Africa Simone

Pour AC qui a raté un chef d'oeuvre de la chanson …on.

"Out Behind the Barn"

Un dealer anonyme en chansons … ons m'envoie ceci

Papy used to tan my hide
Out behind the barn,
Told me to be dignified
Out behind the barn
But when he took his strap to me
And sat me down upon his knee
He surely hurt my dignity
Out behind the barn

refrain:
Got my education
Out behind the barn
Passed examinations
Out behind the barn
And I almost made a record of me


I smoked my first cigarette
Out behind the barn
That's a day i won't forget
Out behind the barn
Oh I was sick, you should have seen
How that tobacco turned me green
I almost died from nicotine
Out behind the barn

Met a pretty girl one day
Out behind the barn
She asked me to stay and play
Out behind the barn
She taught me to kiss and pet
That's a game I won't forget
We still play the same game yet
Out behind the barn.

samedi 8 septembre 2007

J'allais oublier



Chansons …ons pour enfants









Silly songs et autres conneries

Je viens de me souvenir que j'ai oublié des chansons anglo-saxonnes dont le bon Doctor Demento rappelle le souvenir

"Der Fuehrer's Face" de Spike Jones and His City Slickers (chanson intellectuelle contre les théories nazies)
Napoleon XIV
"Shaving Cream", je pense chanté par Doctor Demento. La version d'origine était de Benny Bell et Paul Wynn.
"The Scotsman" de Bryan Bowers
"Three Little Fishies" chanté par les Muppets
"Pencil Neck Geek" de Johnny Legend (version country de Fred Blassie)
Une version bushienne de "Hello Mudduh, Hello Fadduh" d'Allan Sherman
"The Monster Mash" de Bobby Pickett & The Crypt-Kickers
"Gitarzan" de Ray Stevens
"The Homecoming Queen's Got a Gun" de Julie Brown
"The Ballad of Irving" de Franck Gallop
"Dead Puppies" d'Ogden Edsl
"Fish Heads" de Barnes & Barnes
"Time Warp" du Rocky Horror Picture Show, sur des images de Star Trek
"Masochism Tango" de Tom Lehrer
Du même Tom Lehrer, "Poisoning Pigeons in the Park"
"The Battle of Kookamonga" de Homer et Jethro (c'est une parodie de "The Battle of New Orleans" dont je mettrai les paroles en fin d'entrée.)
"King Tut" de Steve Martin & The Toot Uncommons
"Existential Blues" de Tom "T-Bone" Stankus (j'adore, mais si vous ne connaissez pas "Le Magicien d'Oz", vous allez manquer le meilleur.)
"The Purple People Eater" de Sheb Wooley
"The Witch Doctor", reprise de The Music of David Seville
"The Cockroach That Ate Cincinnati de Rose & The Arrangements



Et une bonne parodie de Dragnet, "St George and the Dragonet" de Stan Freberg
Ceci est une spéciale dédicace pour Vanessa, Eric, Vincent et la bande de Marie-Lucie "Dungeons and Dragons"
"Boot to the Head" des Frantics


Chose promise, chose dûe:

THE BATTLE OF NEW ORLEANS de Johnny Horton
In 1814 we took a little trip
Along with Colonel Jackson down the mighty Mississip.
We took a little bacon and we took a little beans
And we caught the bloody British in the town of New Orleans.

[Chorus:]
We fired our guns and the British kept a'comin.
There wasn't nigh as many as there was a while ago.
We fired once more and they began to runnin' on
Down the Mississippi to the Gulf of Mexico.

We looked down the river and we see'd the British come.
And there must have been a hundred of'em beatin' on the drum.
They stepped so high and they made the bugles ring.
We stood by our cotton bales and didn't say a thing.

[Chorus]

Old Hickory said we could take 'em by surprise
If we didn't fire our muskets 'til we looked 'em in the eye
We held our fire 'til we see'd their faces well.
Then we opened up with squirrel guns and really gave 'em ... well

[Chorus]

Yeah, they ran through the briars and they ran through the brambles
And they ran through the bushes where a rabbit couldn't go.
They ran so fast that the hounds couldn't catch 'em
Down the Mississippi to the Gulf of Mexico.**

We fired our cannon 'til the barrel melted down.
So we grabbed an alligator and we fought another round.
We filled his head with cannon balls, and powdered his behind
And when we touched the powder off, the gator lost his mind.

[Chorus]

Yeah, they ran through the briars and they ran through the brambles
And they ran through the bushes where a rabbit couldn't go.
They ran so fast that the hounds couldn't catch 'em
Down the Mississippi to the Gulf of Mexico